in

Les enfants végétariens grandissent comme les autres (voire mieux)

jardin potager enfant petite fille récolter fruits légumes
©Yana Tatevosian/iStock

Une étude canadienne d’envergure a suivi près de 10 000 enfants de 6 mois à 8 ans, prouvant que les jeunes végétariens ont la même croissance que les petits omnivores. À condition de bénéficier d’une alimentation équilibrée et sans carences, les enfants végétariens seraient même plus minces, présentant moins de risque de surpoids, et donc de diabète ou de maladie cardiovasculaire.

Les végétariens n’ont pas toujours le quotidien facile. Que dire alors des végétaliens… S’il est aujourd’hui devenu une nécessité pour l’avenir de la planète, le régime sans viande est pourtant loin d’être une mode. D’après les historiens, Pythagore lui-même aurait été végétarien, considérant les animaux dignes de respect, et les gens les mangeant, cruels et barbares.

Alors, quand on est végétarien et/ou sensible à l’environnement et qu’on devient parent, de nombreuses questions peuvent se poser quant à l’alimentation de son enfant. Cette vaste étude canadienne devrait vous rassurer…

La croissance des enfants végétariens est la même que celle des enfants omnivores

D’après l’étude menée par les chercheurs de l’hôpital Saint-Michel de Toronto, la croissance des enfants végétariens est la même que celle des jeunes omnivores. Les scientifiques ont ainsi pu suivre 9000 enfants de 6 mois à 8 ans, et démontrer que leurs taux de fer, de cholestérol et de vitamine D étaient identiques, tout comme leur indice de masse corporelle (IMC).

Seule différence observée entre les deux groupes : les enfants les plus maigres se retrouvent en majorité dans le groupe des végétariens étudiés, peu enclins à souffrir de surcharge pondérale ou de diabète. La perte de poids est ainsi à surveiller chez les végétariens, tout comme la prise de poids chez les petits mangeurs de viande.

jardin potager enfants petite fille récolter fruits légumes végétariens
©Yana Tatevosian/iStock

Une alimentation plus saine chez les végétariens

Les végétariens ont souvent une alimentation plus saine que les omnivores, moins riche en graisses saturées. De plus, parmi les végétariens oeuvrant en faveur de l’environnement, on retrouve davantage de profils consommant des produits frais et locaux, majoritairement bio.

L‘ingestion de pesticides pouvant considérablement porter atteinte au bon développement de l’enfant (étroitement liés à un autisme précoce), la question d’une alimentation végétarienne plus saine, ou moins riche en viande, peut se poser chez de nombreux parents. Comme le précise le Docteur Jonathan Maguire, auteur principal de l’étude :

Les régimes à base de plantes sont reconnus comme des modes d’alimentation sains en raison d’une consommation accrue de fruits, de légumes, de fibres, de grains entiers et d’une réduction de graisses saturées. Le régime végétarien semble ainsi convenir à la plupart des enfants.

Compenser facilement l’absence de viande chez l’enfant végétarien

De nombreux aliments végétaux sont riches en protéines, certains même plus encore que les produits carnés (le soja, notamment). Le tout est de les connaître et de bien les doser. Car un excès de protéines n’est pas non plus indiqué pour vivre en bonne santé.

Pour éviter les carences chez l’enfant végétarien, il faut veiller à ce que celui-ci fasse le plein quotidien d’énergie, de protéines, de fer et de fibres. Jusqu’à ses 18 ans, les besoins nutritionnels de l’enfant doivent être entièrement couverts pour assurer sa bonne croissance.

famille cuisine végétarienne plat repas légumes
©Fizkes/iStock

Calcium, fibres et fer, des aliments clés

Le calcium est un aliment clé, qu’il est facile de trouver dans les agrumes, les choux, les produits laitiers et certaines boissons végétales (notamment le soja), les noix, noisettes et amandes, les graines de chia, certaines eaux minérales et les céréales.

Le fer*, quant à lui, se trouve dans les lentilles, les haricots et pois chiches, le riz complet, les choux, les épinards ou les poivrons. Côté dessert, le chocolat noir, les abricots secs, l’avoine et les fraises en contiennent aussi.

Pour une meilleure assimilation du fer, pensez à faire consommer à vos enfants des aliments riches en vitamine C (agrumes, persil, choux). À l’adolescence, la perte de fer peut s’accroître, notamment chez les jeunes filles réglées.

Attention : si votre enfant végétarien ne mange pas d’oeufs ni de produits laitiers, une complémentation en vitamine B12 est alors tout indiquée.

petite fille boisson enfant boire du lait verre
©Fizkes/iStock

*Note sur le fer

Il existe deux types de fer. Le fer héminique, qui existe uniquement dans les aliments d’origine animale, et le fer non héminique, que l’on retrouve à la fois dans les produits d’origine animale et végétale.

L’organisme absorbe moins bien le fer non héminique, en raison de la présence de substances inhibitrices dans les végétaux (phytates, polyphénols, tanins du thé, du café ou de l’alcool, etc.). Cela dit, cette absorption peut être grandement facilitée en consommant des aliments riches en vitamine C. Mais attention à la surcharge en fer, ces conséquences peuvent être néfastes pour la santé.

Ainsi, et comme le souligne l’enquête canadienne, il n’existe pas plus de risque d’anémie chez les végétariens que chez les non végétariens, qu’ils soient adultes ou enfants.

faire la cuisine enfants cuisiner activités famille
©Vgenyatamanenko/iStock

Et vous, que pensez-vous du régime végétarien chez les enfants ? Partagez-nous votre avis en commentaire ! 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *