hérisson animal herbe fleurs biodiversité flore
©Coatesy/iStock
in

8 astuces pour accueillir la petite faune dans son jardin et l’entretenir au naturel

Des astuces et conseils pour accueillir la petite faune dans votre jardin, et entretenir votre parcelle au naturel ! Chaque petite bête a son rôle à jouer, tels sont les principes de la biodiversité.

Créez un équilibre dans votre jardin en accueillant des petits habitants bienfaisants ! Abeilles et autres insectes pollinisateurs, oiseaux, papillons, vers de terre ou hérissons, la petite faune vous aidera à entretenir facilement vos espaces verts au naturel (et sans produits chimiques renfermés dans du plastique !).

Pourquoi accueillir la petite faune dans son jardin ?

Accueillir la petite faune dans son jardin, c’est aussi favoriser la biodiversité. En plus d’égayer les espaces verts, ces petits animaux et insectes s’avèrent d’une aide précieuse pour un jardin sans pesticides. Car nombreux sont ceux qui s’attaquent aux nuisibles des plantations, facilitant la tâche aux jardiniers en herbe (ou confirmés) !

Les larves des coccinelles par exemple, se nourrissent des pucerons tout au long de la journée. Une bonne façon d’éviter ces nuisibles dans votre potager. Les insectes pollinisateurs (abeilles, mouches, guêpes, papillons, etc.) sont eux essentiels à la production de graines et à la fructification. Les cloportes, qui peuvent paraître repoussants pour certain/es, sont pourtant très utiles à la biodiversité ! Ces petits insectes ont pour objectif de recycler la matière organique et d’aérer la terre pour faciliter l’absorption de l’eau. Idem pour les vers de terre. Ne les écrasez pas !

Les chauves-souris quant à elles, se délectent d’une grande quantité de moustiques, moucherons et certains parasites des vergers à la nuit tombée. Pas de raison de les chasser ! Enfin, les petits reptiles et amphibiens du jardin (lézards, grenouilles et crapauds) raffolent également de tout type de nuisible. N’aseptisez pas votre terrain, chaque petite bête a son rôle à jouer !

hérissons couple jardin nourriture vers de terre
©Slowmotiongli/iStock

8 astuces naturelles pour accueillir la petite faune dans son jardin

Entretenir son jardin au naturel en accueillant une faune et une flore endémique riche n’a que des avantages. C’est aussi un excellent moyen de lutter contre l’utilisation de produits chimiques nocifs, prendre soin de la terre et de sa santé par la même occasion. Voici 8 astuces pratiques pour attirer les petits animaux utiles dans votre jardin. Préservez la biodiversité sur votre terrain !

1/ Conserver son lierre, un végétal essentiel à la biodiversité

Le lierre, cette plante grimpante soi-disant envahissante, peut pâtir d’une mauvaise réputation. Pourtant, elle s’avère essentielle pour beaucoup d’animaux. De nombreux oiseaux et insectes élisent domicile dans son épais manteau, se nourrissant des parasites ou des baies de l’arbuste pendant la saison froide. Le lierre a en plus l’avantage de rester vert toute l’année, même en hiver. Un monde sans lierre serait tellement plus triste… Et rassurez-vous, celui-ci ne risque pas d’étouffer un arbre adulte.

Bonus : vous pourrez réaliser la fameuse lessive au lierre tant appréciée des adeptes du zéro déchet ! De bonnes raisons de conserver son lierre existant ou de commencer à le planter en haie vive.

lierre jardin biodiversité porte maison faune
©Pixabay/Pexels

2/ Entretenir son jardin au naturel

Pour accueillir la petite faune dans son jardin, il est évidemment essentiel d’éviter les produits chimiques qui pourraient l’anéantir pour de bon. Sur le même schéma, n’aseptisez pas votre jardin, laissez-le vivre ! Acceptez les plantes sauvages qui s’installent à votre insu, certaines sont très utiles à l’équilibre naturel de votre écosystème. De même, jardinez en douceur sans trop remuer le sol, et favorisez le paillage dès que vous le pouvez.

3/ Cultiver une haie vive

La haie vive, contrairement à la haie uniforme, permet d’éviter les maladies du fait de la diversité biologique qui y règne. Les petits animaux et insectes de votre jardin et des environs vous seront très reconnaissants, y trouvant gîte et couvert ! Bon point : la haie vive est souvent colorée par ses fleurs par millier, constituant un excellent élément décoratif naturel.

4/ Rendre des points d’eau accessibles à tous

Si votre terrain le permet, vous pouvez installer un point d’eau dans un coin de votre jardin pour étancher la soif et les besoins de certains petits animaux. Pour y observer une faune diverse et variée, évitez de l’ériger à l’ombre ou sous des arbres proches qui couvriraient la zone de feuilles. Privilégiez les lieux ensoleillés. Pour les besoins en eau des oiseaux, vous pouvez également disperser quelques petites gamelles.

oiseaux couple boire eau nager laver jardin animaux
©AllegressePhotography/iStock

5/ Installer des refuges (nichoirs, hôtels à insectes, etc.)

De nos jours, les vieilles granges et autres bâtisses de campagne aux murs imparfaits ne sont pas monnaie courante tant on a le souci de la perfection, de l’urbanisation et de l’isolation (un bon point tout de même). Pourtant, c’est souvent dans ces vieux murs bourrés d’anfractuosités que de nombreux animaux élisent domicile en toute saison. C’est notamment le cas des oiseaux migrateurs (les hirondelles particulièrement), mais aussi des chauves-souris, papillons, insectes ou chenilles. Alors, avant de vouloir la retaper à la perfection, reconsidérez votre vieille cabane de jardin…

Des nichoirs, un vieux tronc, quelques bûches par-ci par-là devraient suffire à abriter une faune riche tout l’hiver (ou l’été). Les hôtels à insectes sont aussi très faciles à se procurer (en jardinerie) ou à fabriquer.

6/ Suspendre une mangeoire, mais pas toute l’année

Les mangeoires à oiseaux permettent d’aider les volatiles à se nourrir en hiver. Installez-en dès les premières gelées jusqu’à la fin-mars, pas plus tôt, ni plus tard. Et pour rester dans une démarche zéro déchet, essayez de privilégier les graines en vrac (tournesol, arachides, noix ou amandes, etc.). Vous pourrez également tester nos recettes de boules de graisse maison.

boules de graisse maison DIY oiseau mangeoire
©Fingerszz/iStock

7/ Repérer les animaux “utiles” et favoriser leur venue

Tous les êtres vivants sont utiles, loin de nous l’idée de faire du favoritisme ! Cela dit, en fonction de la situation, il y en a certains un peu plus bénéfiques que d’autres. Les abeilles, oiseaux, papillons ou insectes rampants sont ainsi des créatures bénéfiques à l’équilibre et à l’harmonie du jardin naturel. À vous de les protéger pour que votre terrain bénéficie de toutes leurs vertus. Voici quelques espèces d’animaux très utiles à tout jardinier zéro déchet :

  • Les oiseaux : prédateurs naturels des insectes de type larves, chenilles, moustiques, moucherons, vers ou limaces.
  • Les insectes pollinisateurs (y compris les papillons) : agissent sur la production du potager (fruits et légumes) en transportant le pollen.
  • Certains “reptiles” (orvets, lézards, salamandres et tritons) : prédateurs des insectes réputés comme nuisibles (larves, araignées, ravageurs, etc.).
  • Les amphibiens : prédateurs naturels des limaces, moustiques et autres nuisibles.
  • Les chauves-souris : insectivores, prédateurs des ravageurs de culture et parasites du potager.
  • Les hérissons : prédateurs des nuisibles du jardin et du potager (limaces, chenilles et escargots).
  • Les vers de terre et cloportes : recyclent la matière organique, produisent des éléments nutritifs essentiels, entretiennent la qualité et la bonne aération du sol.
  • Les araignées : prédateurs des pucerons, mouches, moustiques et de certains ravageurs du potager/verger.
  • Les libellules : anti-moustiques naturels !
  • Les punaises : s’attaquent aux chenilles au jardin ou au potager.

La liste de la faune utile est loin d’être exhaustive, et bien d’autres espèces animales sont essentielles à la biodiversité du jardin naturel !

libellule jardin nature anti moustiques naturel
©Shreyas Bhosale/Unsplash

8/ Identifier les animaux “mal aimés” et comprendre pourquoi il vaut mieux les éviter dans son jardin

Le jardin se divise (lui aussi) en deux catégories : les insectes et animaux dits “utiles”, et les petites bêtes considérées comme “nuisibles” (malgré le surnom à tempérer). Une classification certes un peu réductrice, car tout dépend de ce que l’on attend. De plus, certains animaux dits nuisibles peuvent être très utiles dans certaines situations. Ainsi, si vous possédez un potager, les limaces et escargots ne seront certainement pas les gastéropodes que vous préférez observer autour de vos jeunes plants… Pourtant, ceux-ci ont le sérieux avantage de favoriser la décomposition naturelle des sols et de nourrir les hérissons. Tout nuisible a lui aussi un rôle à jouer, que nous nous devons de respecter. Certes, pour le cas du moustique, il s’avère difficile de rester tolérant bien longtemps…

Qu’en est-il du moustique ?

Les moustiques, on s’en passerait bien ! Entre leur sifflement intempestif qui n’est pas à l’abri de nous réveiller la nuit et leurs piqûres qui démangent, le moins qu’on puisse dire, c’est que ces insectes sont très peu appréciés des humains. Mais les moustiques ne servent pas à rien : ils s’avèrent aussi une nourriture de choix pour de nombreux animaux tout aussi utiles (notamment les libellules, oiseaux et chauve-souris).

Le chat, un prédateur dangereux pour la petite faune

Le chat peut se considérer comme un nuisible puisqu’il chasse les oiseaux (parfois pour le plaisir), les lapins et autres petits animaux sans qu’il ne soit très utile à la biodiversité ou à l’harmonie du jardin naturel. D’ailleurs, la LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) met en en garde les propriétaires et jardiniers concernés : rien qu’en 2017, 11% des animaux sauvages (dont la majorité d’oiseaux) ont été gravement blessés par des chats.

L’organisation de protection animale préconise ainsi la stérilisation des chats domestiques pour lutter contre les abandons et le taux de félins errants susceptibles de mettre en danger les petits animaux exposés (oiseaux, mais aussi lézards, lapins, grenouilles ou crapauds). Vous avez un chat ? Nourrissez-le bien et évitez qu’il ne sorte à l’aube ou à la tombée de la nuit.

chat oiseau chasse prédateur préserver biodiversité
©Ornitolog82/iStock

Et vous, connaissez-vous d’autres astuces pour accueillir la petite faune dans votre jardin et favoriser la biodiversité ? Partagez-nous vos idées et conseils naturels en commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *