dauphins voilier bateau mer océan
©Anastasia_Aleksieieva/iStock
in

L’écovolontariat, une nouvelle façon de voyager

Connaissez-vous l’écovolontariat, cette façon de voyager qui mêle l’utile à l’agréable ? Découvrez le voyage responsable, et prenez des vacances écologiques et solidaires !

Voyager est tellement facile (et rapide) aujourd’hui, que cela en devient presque une formalité. Voire même un critère social d’intérêt. N’être jamais sorti/e de son continent peut, aux yeux de certains, passer pour arriéré. Pourtant, la France a tant à offrir qu’il serait dommage de passer à côté. Surtout quand on sait que le voyage en avion est aussi synonyme de pollution… Et si vous avez fait le tour de l’Hexagone, n’oubliez pas vos envies d’ailleurs pour autant : l’écovolontariat devrait vous permettre de voyager sans culpabiliser, histoire de compenser votre empreinte carbone. Voyagez zéro déchet (ou presque) !

L’écovolontariat, une façon de voyager qui mêle l’utile à l’agréable

L’écovolontariat est une activité de tourisme volontaire qui consiste à participer, pendant ses vacances, à la préservation de la biodiversité végétale et/ou animale. Ce système participatif offre la possibilité de voyager de manière responsable tout en agissant pour la planète. Un “tourisme vert”, en somme. Souvent, ce mode de voyage est aussi un moyen de soutenir des projets de recherche, de protection et de conservation, en étroite collaboration avec des chercheurs ou scientifiques. Les “écovolontaires” optent ainsi pour des vacances collaboratives, en participant à un chantier, un programme ou une étude dans le plus grand respect de la nature.

Sur le terrain, plusieurs activités : observation et compréhension de la faune et de la flore, exploration, rencontre avec les populations locales ou suivi des recherches. Le tout dans le but de protéger les espèces et leur milieu naturel. L’éco-volontariat contribue aussi parfois à développer des activités économiques durables ne portant pas atteinte au bon équilibre des écosystèmes.

touriste femme voyage écovolontariat sac à dos montagne nature
©Halfpoint/iStock

Un voyage écologique et solidaire en France, en Europe ou à travers le monde, de 2 à 365 jours

On associe souvent l’écovolontariat au woofing, ce type de bénévolat agricole en échange du gîte et du couvert. Pourtant, ces deux types de séjours sont bien différents, et l’écovolontariat, contrairement au système de woofing, peut être de courte durée (le temps d’un week-end, par exemple). Source d’échange et d’enrichissement personnel, l’écovolontariat s’envisage aussi comme un moyen de s’éduquer à la nature pour mieux la préserver. En rejoignant un programme de conservation de la faune sauvage, l’écovolontaire soutient également une ONG locale. Voici quelques exemples de missions écovolontaires (proposées par l’association Cybelle Planète) :

  • Vacances sur un voilier en France au large de la Méditerranée pour explorer les cétacés
  • Séjour au Portugal pour étudier et soigner les loups ibériques
  • Participation à un programme de réintroduction des chevaux de Przewalski en Mongolie
  • Suivi des dauphins à bord d’un voilier en Italie
  • Étude et conservation de la loutre à longue queue au Brésil
  • Plongée pour explorer et étudier les fonds marins en France
  • Soin des tortues dans un parc au coeur du Var
  • Suivi de la faune sauvage en Afrique du Sud, etc.

Alliez votre goût pour l’aventure et votre engagement pour la biodiversité lors de vos prochains congés !

dauphins voilier bateau mer océan
©Anastasia_Aleksieieva/iStock

Quelles compétences pour faire de l’écovolontariat ?

L’écovolontariat n’exige pas de compétences spécifiques en biologie ou en écologie, même s’il reste un plus d’être proche de la nature et des animaux. Le choix de missions est tellement vaste qu’il est facile de trouver le voyage adapté à sa personnalité. Les passionnés d’animaux pourront ainsi partir à la découverte de la faune sauvage en Afrique, quand les amateurs de flore exploreront les végétaux de nos régions. L’éconvolontaire s’engage à offrir de son temps sans attendre de rémunération en contrepartie.

Se faire aider financièrement par son entreprise pour partir en voyage écosolidaire

L’écovolontariat se base sur un système de bénévolat où le participant ne bénéficie d’aucune rémunération. Dans la plupart des cas, il doit contribuer financièrement au projet retenu pour soutenir la mission. Des aides financières existent pour partir en voyage écovolontaire, n’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre entreprise sur les modalités de participation financière à l’écotourisme.

explorer nature enfants voyage ecovolontariat jumelles
©Warrengoldswain/iStock

Des astuces pour voyager de manière plus responsable

Le voyage n’est pas sans impact sur l’environnement, surtout quand on opte l’avion comme mode de transport principal. Voici, pour compenser son empreinte carbone vacancière, quelques astuces pratiques pour voyager de façon plus écologique :

  • Choisir des moyens de transports écoresponsables (privilégier le train ou le bus à l’avion, le vélo à la voiture, le voilier au bateau à moteur, etc.)
  • Partir moins souvent, mais plus longtemps
  • Adopter le “slow travel” : prendre le temps de préparer son voyage, profiter de chaque instant, ne pas vouloir tout visiter en une journée…
  • Opter pour le voyage solidaire ou les missions d’écovolontariat d’au moins 3 semaines si on choisit une destination lointaine : défendre une cause environnementale soutient une autre forme d’économie !

Et vous, connaissiez-vous l’écovolontariat ? Avez-vous déjà opté pour des vacances écologiques et participatives ? Partagez-nous votre avis et expérience de voyage en commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *