courses en vrac zéro déchet sac kraft produits alimentaires
©Lazy_Bear/iStock
in ,

Quels sont les emballages à privilégier quand on ne peut pas faire de zéro déchet ?

Quand le zéro déchet n’est pas possible, on peut limiter son empreinte carbone en choisissant le packaging le moins polluant. Voici la liste des emballages les plus écologiques, à privilégier si le vrac n’est pas disponible.

Si certains produits de consommation sont faciles à trouver en vrac, d’autres ne se prêtent que très peu au zéro déchet, l’emballage s’avérant parfois inévitable. Médicaments, vin, gel hydroalcoolique ou levure de boulanger, autant d’articles bien emballés dans du carton, du plastique ou encore du verre. Alors, pour réduire au maximum l’empreinte carbone de ces produits au packaging jetable, optons pour l’emballage le plus écologique, qui demande le moins de ressources à produire et à recycler.

Le meilleur déchet n’existe pas

Même s’il est préférable d’opter pour un emballage compostable plutôt qu’un plastique non recyclable, le meilleur déchet n’existe pas, aussi naturel soit-il ! En effet, quel qu’il soit, celui-ci requiert une certaine énergie (de l’eau notamment) pour sa production et son recyclage, qui pourrait être facilement évitée en optant pour un article réutilisable, à produire une seule fois. Mais parfois, l’emballage est inévitable. Dans ce cas, autant privilégier des matières naturelles et biodégradables, recyclables à l’infini comme le verre, le bois ou le métal. Mais parmi ces matières “nobles”, quelles sont celles qui demandent le moins de ressources à produire et à recycler ?

Quels sont les emballages écologiques à privilégier quand on ne peut pas faire de zéro déchet ?

Malgré la cote de popularité du zéro déchet, les produits du commerce ne se trouvent malheureusement pas tous en vrac. Dans ce cas, un emballage écologique facilement recyclable et/ou compostable reste le meilleur choix. Verre, amidon de maïs, papier, bois ou métal, la grande variété des emballages considérés comme naturels abondent, et parfois, on ne sait plus où donner de la tête. Voici un top 3 des matières les plus écologiques, à privilégier quand on ne peut pas faire autrement.

courses en vrac zéro déchet produits alimentaires cuisine
©Alina Vasylieva/iStock

1/ Le bois, le grand gagnant

Les emballages en bois auraient moins d’impact sur la planète que tous les autres emballages, naturels ou non. Qu’il s’agisse de palettes, de boîtes ou de calages pour colis (sur le site Embaleo, on peut trouver des frisures de bois en remplacement du polystyrène par exemple). Selon Le Planetoscope, 80% des palettes en France sont remises sur le marché après utilisation. Les palettes non récupérables sont quant à elles transformées en broyat. Selon la même étude, l’impact environnemental de la fabrication des emballages en bois serait quasiment neutre. À condition de favoriser les packagings légers, et le bois labellisé (FSC ou PEFC). Pour que l’impact carbone d’un emballage en bois soit neutre, il faut en effet un renouvellement des plantations.

2/ Le verre, un emballage écologique et durable s’il se réutilise

Le verre, le vrai, s’obtient à partir de matériaux naturels comme le sable, la chaux et le carbonate de calcium. Cette matière sans danger pour la santé et la planète a l’avantage de recycler à l’infini, contrairement au plastique qui ne se recycle qu’une ou deux fois. Cela dit, le verre est assez gourmand en énergie lors de sa fabrication, son transport et son recyclage. Pour obtenir un emballage en verre, il faudrait faire chauffer la matière jusqu’à 2500°C ! Mais heureusement, le verre compense son empreinte environnementale par son côté facilement réutilisable. Ainsi, une bouteille de lait en verre consommerait deux fois moins d’énergie au cours de son cycle de vie qu’une brique de la même quantité en carton plastifié. Ne jetez plus vos bocaux !

3/ Le métal, peu gourmand en énergie pour son recyclage

Le métal serait très facile à recycler et consommerait peu d’énergie lors de son processus de transformation. Ce qui en fait un emballage relativement durable. Petit bémol pour l’aluminium neuf, qui se fabrique à partir de bauxite, requérant une exploitation minière intensive. Cela dit, l’aluminium recyclé n’a besoin que de très peu d’énergie lors de son recyclage et la majorité des articles métalliques se recyclent mieux encore que le verre. Si cela est possible, préférez aux emballages en aluminium ceux en étain ou en acier, plus résistants, parfois réutilisables et tout aussi faciles à recycler. À condition qu’ils ne soient pas doublés d’une mince pellicule en BPA. Auquel cas, leur bilan carbone chute considérablement…

Les emballages en papier, fausse bonne idée

Ce n’est pas parce qu’un emballage est compostable qu’il est forcément écologique et durable. Le papier/carton par exemple, se recycle et se composte facilement, mais demande énormément d’énergie lors de sa fabrication du fait de sa grande consommation en eau. Même le papier recyclé ne suffirait pas à compenser son empreinte carbone élevée. Contrairement au verre, au bois ou à l’acier, le papier ne se recycle pas de manière illimitée. Et il suffit qu’il soit souillé (une boîte à pizza par exemple) pour que le recyclage ne soit pas optimal. Enfin, inutile de préciser que les emballages en papier ne sont généralement pas réutilisables…

emballages écologiques kraft carton jetable usage unique
©Alinakho/iStock

Et vous, quel type d’emballage à usage unique privilégiez-vous pour vos produits alimentaires lorsque le vrac n’est pas disponible ? Partagez-nous votre avis en commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *