bioplastique poissons écailles lucy
Capture vidéo intégrée dans l'article : MarinaTex - a bioplastic made from fish waste, James Dyson Foundation/YouTube
in

Elle transforme les déchets de poissons issus de la pêche en plastique biodégradable

Transformer des écailles de poissons en plastique biodégradable ? En voilà une idée originale ! Face aux déchets marins engendrés par le plastique à usage unique et le gaspillage alimentaire lié à l’industrie de la pêche, Lucy Hughes, jeune Anglaise de 23 ans, a décidé de réagir.

La pêche commerciale, un grand gaspillage de ressources

La pêche commerciale et extensive génère de nombreux déchets. En plus des déchets marins liés à l’activité (filets et équipements de pêche en plastique perdus ou abandonnés), le gaspillage alimentaire est énorme. Rien qu’en Angleterre, plus de 170 000 tonnes de déchets de poissons seraient traitées chaque année.

L’industrie du plastique n’est pas mieux lotie. Vous le savez déjà, le plastique issu de la pétrochimie met des centaines d’années à se dégrader dans la nature (500 ans pour un sac plastique). C’est aussi le principal responsable de la disparition de certaines espèces marines, qui s’étouffent en l’avalant. C’est face à ce constat environnemental inquiétant que Lucy Hughes a souhaité réagir.

écailles de poisson fabriquer plastique
Capture vidéo : MarinaTex – a bioplastic made from fish waste, James Dyson Foundation/YouTube

Des déchets de poissons issus de l’industrie de la pêche transformés en plastique biodégradable

Lauréate du James Dyson Award, Lucy Hughes, étudiante anglaise à l’Université du Sussex, a donné naissance à MarinaTex. Derrière la marque à consonance marine (contraction du mot marina et tex pour textile), se cache un plastique 100% biodégradable. Ce bioplastique se composte aussi à la maison, puisqu’il se compose entièrement de déchets organiques (résidus d’écailles de poissons et d’algues). Sensible à l’environnement depuis son plus jeune âge, Lucy s’est penchée sur le concept lors de sa dernière année d’études. Remplacer les emballages en plastique à usage unique par une alternative non polluante a été son leitmotiv.

Je ne voulais pas utiliser de matériaux naturels vierges, alors je me suis lancé le défi de réutiliser des déchets organiques.

Après plusieurs expérimentations et une collaboration avec une usine de transformation, Lucy déniche un liant biodégradable efficace. Celui-ci n’a pas besoin de se chauffer à haute température, permettant au bio-plastique d’acquérir ses lettres de noblesse écologiques ! En effet, la matière demande peu d’énergie pour sa fabrication.

La texture du plastique est presque recréée à l’identique, le côté biodégradable en plus. Ce bioplastique mettrait 4 à 6 semaines à se dégrader dans la nature ou dans son compost personnel.

Lucy Hugues poissons bio-plastique fiole
Capture vidéo : MarinaTex – a bioplastic made from fish waste, James Dyson Foundation/YouTube

À l’heure actuelle, la créatrice attend les certifications nécessaires pour proposer son produit écologique aux industries concernées.

J’avais dans l’idée de créer une alternative au plastique, qui ferait partie intégrante de l’environnement circulaire.

Retrouvez l’histoire de MarinaTex en vidéo, le bioplastique durable imaginé par Lucy Hugues : 

Evidemment, cette solution n’est pas envisageable sur le long terme si jamais (et c’est tout ce que nous souhaitons) la pêche intensive devait drastiquement réduire. Cela dit, la revalorisation des déchets, quels qu’ils soient, est une des actions louables pour parer à tout type de gaspillage.

Vous avez aimé cet article sur la création d’un plastique biodégradable à partir de déchets de poissons ? Vous aimerez aussi :

Crème solaire & environnement : l’écran total, un poison pour les océans !

Le lobby du plastique profite de la crise du coronavirus pour redorer son blason

Thaïlande : des moines récoltent des bouteilles en plastique et les transforment en toges

2 Comments

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *