Iceberg sac plastique pollution mer océan
©Ales_Utovko/iStock
in

Plastique & environnement : 10 chiffres affolants qui incitent à s’en sevrer au plus vite !

Le plastique est un fléau planétaire pour tout habitant de la terre et des mers. La matière issue de l’industrie du pétrole met non seulement en danger la santé humaine, mais aussi celle de l’environnement. Ce ne sont pas les chiffres suivants qui prouveront le contraire…

Vous le savez, le plastique est le principal ennemi du zéro déchet. Lorsque vous vous êtes converti/e à ce mode de vie, vous n’avez pas pu échapper aux nombreux topos sur le plastique, cette matière diabolique à fuir de toute urgence ! Plus encore que les emballages en carton, en papier ou en alu. Et pour cause, le plastique a cent fois plus de défauts que de qualités, et met non seulement la santé humaine en danger, mais aussi l’environnement. La preuve avec ces 10 chiffres affolants, récoltés à l’occasion de la Journée Mondiale de la Mer.

10 tonnes : la quantité de plastique produite par seconde dans le monde

En 2015, la production de plastique à échelle mondiale atteint son apogée avec plus de 300 millions de tonnes produites, soit environ 10 tonnes par seconde. Un record du monde qui n’a rien d’élogieux.

chiffres bouteilles en plastique pollution déchet
©Jonathan Chng/Unsplash

1,6 million de km² : la taille du Septième continent de plastique

Le plus grand vortex de déchets plastiques part à la dérive, telle une banquise de détritus flottants, entre la mer du Japon et l’océan Pacifique. Ce gigantesque amas de déchets est aussi tristement baptisé le Septième continent. À titre de comparaison, sa superficie ferait 3 fois celle de la France

2050 : l’année où les océans compteront plus de plastique que de poissons

Selon la fondation Ellen MacArthur, les déchets plastiques en mer, déjà évalués à plus de 150 millions de tonnes, sont susceptibles de doubler en 2050. Il serait même probable que ce poids dépasse celui des poissons dans l’océan…

9% : le pourcentage de plastique réellement recyclé depuis sa création en 1950

Selon un rapport de l’ONU, seuls 9% du plastique dans le monde aurait été réellement recyclé depuis sa création en 1950. Où finit-il ses jours ? Dans l’air (avec un petit pourcentage d’incinération) dans les décharges, dans l’océan et les cours d’eau. Ah, le mirage du recyclage…

Iceberg sac plastique pollution mer océan
©Ales_Utovko/iStock

89 milliards : le nombre de bouteilles en plastique vendues chaque année

Chaque année dans le monde, près de 90 milliards de bouteilles d’eau en plastique sont vendues, vouées ensuite à être jetées. C’est aussi plus de 2820 litres d’eau embouteillés chaque seconde.

1,5 million : le nombre d’animaux tués par le plastique chaque année

Selon l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), 1,5 million d’animaux sauvages (et pas que marins) meurent chaque année des suites d’une ingestion de plastique.

11 000 : le nombre de microparticules de plastique qu’un consommateur de produits de la mer peut ingérer

Selon l’université de Gand en Belgique, les consommateurs des produits de la mer sont bourrés de micro-particules de plastique ! Ceux-ci pourraient en effet ingérer jusqu’à 11 000 microparticules chaque année. Sachant que l’organisme absorberait 1% de ces micro-déchets, il y a de quoi reconsidérer le véganisme…

99% : le pourcentage d’animaux marins qui auront avalé du plastique en 2050

Si au début de l’émergence du plastique, seuls 5% des animaux marins étaient touchés par ce fléau, aujourd’hui, les chiffres s’affolent. Et nous aussi. La totalité, ou presque, des mammifères et oiseaux marins auront en effet ingéré du plastique en 2050… Un triste constat qui incite plus que jamais à s’en sevrer au plus vite !

73% : le pourcentage de déchets plastiques sur les plages

Parmi les déchets ramassés sur les plages à travers le monde, 73% d’entre eux seraient des déchets plastiques. Sacs, bouteilles et leurs bouchons, emballages en tout genre, polystyrène ou résidus de filets de pêche, le plastique est omniprésent.

450 ans : le nombre d’années que met un (seul) déchet plastique à se dégrader

En plus des chiffres alarmants sur la pollution plastique et ses effets sur l’océan et ses habitants, la durée de vie d’un déchet en plastique est quasiment infinie. Selon les estimations, il mettrait au minimum 450 ans à se dégrader dans la nature, si ce n’est plus. Une durée de vie infinie pour une durée d’utilisation très réduite (les objets en plastique ne sont pas réputés pour durer ni être très robustes). On marche sur la tête !

bouteille en plastique pollution déchet plage
©Ishan @seefromthesky/Unsplash

Quelles solutions face à ce triste constat ?

Se culpabiliser à longueur de journée n’a jamais fait avancer les choses. Certes, même si vous vous inscrivez dans une démarche zéro déchet, vous aurez certainement à faire à la matière plastique dans votre quotidien. Ordinateurs, téléphones et autres appareils électroniques, frigo, lave-vaisselle ou revêtement de voiture… Le plastique semble tout-puissant. Mais au lieu de vous apitoyer sur votre sort et celui de Mère Nature, réagissez !

N’achetez par exemple plus de produits emballés et refusez le plastique à usage unique. Vous pouvez aussi faire des ramassages sur les plages si vous habitez en bord de mer, ou en montagne après la fonte des neiges. Si ce n’est tout simplement sur votre chemin de footing quotidien ou en allant faire vos courses. Refusez tous les articles contenant du plastique, dont vous n’avez pas l’extrême besoin, et préférez le marché d’occasion. L’heure est grave certes, mais des solutions existent !

ramassage déchets plage
©Daria Shevtsova/Pexels

Connaissez-vous d’autres chiffres à propos de la pollution plastique ? Avez-vous déjà tenté de vous sevrer de la totalité de vos emballages en plastique ? Partagez-nous votre expérience en la matière en commentaire ! Et pour aller plus loin, découvrez l’idée qu’ont eu ces moines thaïlandais pour recycler les bouteilles en plastique, ou encore ces 5 festivals qui s’engagent à arrêter le plastique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *