train voies ferrées touffe herbe glyphosate SNCF rails désherbant pesticide
©Philmillster/iStock
in

La SNCF décide d’abandonner le glyphosate, un pesticide dangereux

Grande consommatrice de glyphosate, ce pesticide dangereux, la SNCF a décidé de changer ses pratiques de désherbage. Il était temps.

Selon la SNCF, désherber est un impératif de sécurité. Les touffes d’herbe qui poussent entre les rails auraient ainsi pour effet de retenir l’eau et de déformer les lignes ferroviaires. Cette végétation sauvage gênerait également les rayons laser permettant de vérifier le bon écartement des voies. Le désherbage à la SNCF est ainsi une pratique courante, réalisée à coups de pesticides toxiques et dangereux pour la santé. Heureusement, il y a du nouveau du côté des cheminots. Matthieu Chabanel, directeur général délégué, vient d’annoncer la décision d’abandonner le glyphosate pour désherber les voies ferrées. Une bonne résolution pour la nouvelle année.

Le glyphosate, un pesticide dangereux pour la santé et la planète

Le glyphosate est un herbicide non sélectif à action généralisée, absorbé par les feuilles des plantes. En 1974, ce produit chimique réputé cancérigène est exclusivement produit par Monsanto. Il s’agirait du désherbant le plus vendu au monde. En 40 ans, son utilisation aurait en effet été multipliée par 100 (près de 0,5 kg de pesticide à base de glyphosate par hectare). Mais le glyphosate n’agit pas seul sur les « mauvaises » herbes. Il nécessite l’ajout d’adjuvants tout aussi toxiques pour adhérer aux feuilles et les pénétrer.

TGV SNCF train rails pesticide glyphosate voie ferrée
©Enzojz/iStock

Glyphosate et cancer

Depuis mars 2015, le glyphosate est classé comme pesticide cancérogène par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC). Pourtant, l’OMS et la FAO déclarent l’année suivante que le glyphosate ne présente pas de risque pour l’humain par voie alimentaire…

Une étude parue quelque temps plus tard dans Mutation Research révèle toutefois un lien entre glyphosate et lymphome non hodgkinien. Ce type de cancer se développe à partir des lymphocytes, des globules blancs particuliers. En étudiant les personnes les plus exposées au glyphosate, les chercheurs observent alors que le désherbant chimique augmente le risque de cancer de 41%. Selon l’Institut National du Cancer, il y aurait eu en France plus de 11 000 nouveaux cas de lymphomes non hodgkiniens en 2011…

Glyphosate et environnement

Le glyphosate n’est pas seulement nocif pour la santé humaine, il l’est tout autant pour la planète. Ce produit désherbant toxique détruit les racines, susceptible d’augmenter l’érosion du sol. Aux Antilles, pour ne citer qu’une zone géographique, cette érosion a eu pour effet de libérer du chlordécone, un polluant persistant très toxique, interdit en 1993.

Chez les animaux, le glyphosate peut causer la disparition de nombreuses espèces, du fait de la pollution des ressources vitales. Cette contamination réduit alors les réserves de nourriture et d’eau, sans compter les cas de pathologies graves ou d’infertilité chez la faune et la flore exposée.

tracteur pesticides champ vaporiser asperger herbe agriculture conventionnelle
©Fotokostic/iStock

La SNCF décide d’arrêter l’utilisation de glyphosate pour désherber ses voies ferrées

Jusqu’à aujourd’hui, la société nationale des chemins de fer était la plus grande consommatrice de glyphosate en France. La SNCF utiliserait en effet plus de 35 tonnes de ce pesticide chaque année. C’est fin 2021 que l’entreprise décide de cesser d’asperger ses voies ferrées, suite à l’annonce d’Emmanuel Macron d’en interdire son utilisation. Malgré tout, le glyphosate est toujours autorisé en Europe, et ce jusqu’en décembre 2022

Le réseau SNCF n’emploiera plus de glyphosate en 2022, conformément à ses engagements. Nous travaillons sur des traitements alternatifs, ainsi que leurs modalités d’emploi*.

*ndrl : au printemps

Une alternative plus naturelle

Pour remplacer le glyphosate, le réseau SNCF devrait utiliser de l’acide pélargonique (à 95%), un produit de biocontrôle utilisant des composants naturels, ainsi qu’une molécule de synthèse pour compléter la formule. Moins efficace et plus chère, cette alternative plus respectueuse de la santé et de l’environnement sera uniquement utilisée sur les pistes et les voies ferrées. Les abords des voies, quant à eux, seront fauchés, conformément à la loi Egalim.

train voies ferrées glyphosate SNCF rails
©Thomas Marx/iStock

Alors, certes le train est un moyen de transport comptant parmi les moins polluants, mais qui comporte aussi ses enjeux écologiques. Personne n’est parfait !

Et vous, saviez-vous que la SNCF avait cessé d’utiliser du glyphosate pour désherber ses voies ferrées ? Partagez-nous votre avis sur la question en commentaire ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.